Bienvenue sur votre nouveau/dernier salon où on cause techno et parfois littérature !

Défricher sur le net quelques infos/actus relatives à l'édition numérique, aux livrels (le livre crypté en octets, façon 3e millénaire), aux liseuses (le matériau up-to-date destiné à épargner quelques arbustes en Amazonie)... mais aussi partager avec quelques happy-few les perles, tendances, cris de joie et de douleurs... bref, modestement être dans le stream des flux : c'est une ambition sommes toutes louable ? xxxxxxxxxjeanlou bourgeon

mardi 13 avril 2010

Lecture sur iPad : premier test complet

C'est ArsTechnica qui ouvre le bal avec un test  très complet ici.

Excellent comparatif entre le Kindle et l'iPad, entre la technologie LCD (iPad) et l'encre électronique (Kindle).

Un test à découvrir pour ôter tout préjugé sur les avantages et inconvénients, les forces et les faiblesses de l'iPad face à ses rivaux e-ink/e-paper.

Sur 18 pages au total, l'iPad est passé en revue. A lire absolument !

jeudi 8 avril 2010

iPad : super costaud... un truc de malade

Video vue chez Les Echos ici

Ben voilà qui va faire plaisir à mon copain Thierry Crouzet, le gars qu'a écrit un super truc sur l'alternative nomade (en vente chez publie.net, une excellente crémerie numérique), là où il nous parle de joie.

Thierry y doit jubiler du côté de la grande bleue, au loin dans son sud natal...

Voilà, Thierry, ça va te faire du bien de voir ça (tout comme les 800.000 autres internautes qui l'on vue hier...)

Faut dire que le Thierry il aime pas trop la façon de faire d'Apple et déteste notamment tous ceux buzzent, ramdament ou reuzent les produits Apple... Le voilà servi, le Thierry !

:-))

Au passage, on remarquera (quand même) que le bidule en alu il est sacrément solide... Le barjo à la base de la fumeuse idée s'est repenti et du coup en a acheté deux autres... Fallait direct en faire cadeau au tiers monde, c'eût été moins médiatique mais plus "charitable" ???

.


vendredi 2 avril 2010

Greg Packer fait déjà la queue sur la 5e Avenue...

Greg Packer a déjà été le premier à avoir acheté l'iPhone dans l'Apple Store del a 5e Avenue à New York. Amoureux des lieux ou ultra geek, il s'apprêe à réitérer sa "performance".

A plus de 24 heures de la mise en vente de l'iPad, il est déjà confortablement installé dans son fauteuil bleu... (vidéo YouTubesque)


Sacré Greg, une mention dans le Guinness Book of Records ????
.

édition numérique : iPad USA à J-1 : succès annoncé

MacGénération (iPad ; les premiers tests sont tombés) a compilé à J-2 les avis des principaux spécialistes des technologies à propos de l'iPad qui, rappelons-le, sera commercialisé dans un peu plus de 24 h. sur le continent américain (USA seulement).

Il semble que déjà plus de 300.000 exemplaires de la tablette-référence issue des labos de Cupertino soient dévolus aux plus réactifs des internautes qui ont pré-réservé sur le site d'Apple US. 

Quoiqu'il en soit, les experts de tous bords (presse généraliste majoritairement) y voient -pour des raisons à découvrir dans le lien pointant sur MacGénération et ceci pour des motifs tout aussi différents les uns des autres- un potentiel innovant évident.
De haut en bas : David Pogue, PCMag, Walt Mossberg

Que ce soit Walt Mossberg du WSJ (...potentiel pour changer profondément l'informatique portable),  David Pogue, joyeux électron libre du NYT (manipuler ces contenus numériques directement avec le doigt est une expérience complètement nouvelle, et profondément satisfaisante), Edward Baig de USA Today (...trois ans après avoir fait sensation avec l'iPhone, Apple livre un autre produit impressionnant qui mérite largement l'attente qui l'entoure), Andy Ihnakto du Chicago Sun-Time (C'est un ordinateur conçu pour la vitesse, la mobilité et l'interaction tactile avant toute autre considération) ou encore Tinm Gedeon de PC Magzine (A ma grande surprise, en fait on peut vraiment travailler avec cet iPad […] je suis curieux de voir qui va l'acheter hormis les fans d'Apple. Mais je peux vous dire que lorsque mon portable cessera de fonctionner, j'en prendrai un)... tous ont mis en avant le potentiel créatif hors du commun que propose Apple.

Bref un excellent article à quelques heures de l'ouverture des Apple Store US et du rush... va encore y a voir des afficionados à camper dans les rues cette nuit...

Enfin, ne ratez pas la croustillante  vidéo commise par David Pogue ...une pépite, comme d'habitude !

Et pour terminer ce tour d'horizon, une page dans Les Echos de ce matin à découvrir ici
Attention deux erreurs : le prix annoncé par les Echos semble erroné : plutôt 459 euros  et non 549 euros pour la version de base pour ine et, oui, la version 3G sera bien disponible dès sa commercialisation en France et non pas un mois plus tard ! Comme quoi les journalistes (trop) souvent décodent mal l'information...
.

jeudi 25 mars 2010

Bruno Racine reste à la tête de la BNF

Un entrefilet dans Les Echos (en fin d'article) et une annonce sur Actualitté.

Bruno Racine est reconduit dans ses fonctions de directeur de la Bibliothèque nationale de France (BNF) pour les 3 années à venir.

Sa mission (s'il l'accepte) sera "... d'élaborer une bibliothèque numérique de référence".

Un feuille de route bien remplie...

Bon vent à Bruno Racine ! (qui a pris fait et cause pour le numérique/Google vs J.N. Jeanneney...)

.

Comment la tablette va changer le monde...

L'article paru mardi 22 mars dans le magazine Wired nous éclaire un peu mieux qu'elle avenir nous réserve la tablette.
Photo: Dan Winters

On y trouvera également les avis éclairés de 13 "faiseurs de technologies".

A lire sans plus tarder.

jeudi 11 mars 2010

Edition numérique : "nous autres, webeux" by François Bon

Reprise de l'illustration du post de François : "Que vous rapporte ce site"

Dernier post en date sur le site de publie.net. 
Quelques coups de hache dans le texte (sorry, François...),  l'enrichissement en rouge est de moi -
La totale à découvrir ici, chez François Bon...

... Réponse à une enquête
 Quand vous avez créé votre site Le Tiers Livre, quelle était votre intention ? Combien de temps y consacrez-vous par jour ?
Mon premier site perso est devenu progressivement un site collectif (qui existe toujours, remue.net), mon intention en créant TL c’était de revenir à un espace mieux circonscrit à expérimentation personnelle.
Je n’y consacre aucun temps spécifique : je fais mon travail d’auteur, lire, écrire, me balader, réfléchir, échanger, ...
....j’aime bien explorer ces nouveaux espaces de langage qui émergent : Flaubert comme les autres gambergeait, grognait, aimait les odeurs de sa cuisine, avec un outil comme twitter ce n’est pas écrire ou parler en plus, juste que cet espace précis devient partageable – pourquoi s’en priver ?
...il y a peu encore, restaient compartimentés hors de l’activité réseau, deviennent perméables : il y a quelques mois, entrer dans 3 heures de cours ou atelier d’écriture, on coupait la relation réseau. Cette année, suis très curieux d’exploiter la connexion en direct, les étudiants présents dans la salle entre eux et moi avec eux : travailler avec la présence réseau comme on travaille avec la présence corps.
Que vous apporte ce site ? Un lien plus direct au lecteur ? Une façon différente d’écrire ?
Mon site ne m’apporte rien. Strictement rien, pas d’argent en tout cas. On n’écrit pas pour un lecteur, on travaille pour soi – sinon ce n’est vraiment pas la peine, mieux vaut aller faire un métier qui permet de manger.
... Un Gracq n’a publié que 2/10 de ce qu’il écrivait au jour le jour, incluant éphémérides (voir chapitre de ce nom dans Lettrines), notes de lecture, notes d’observation, et combien sommes nous de dizaines à avoir reçu de ses mini cartes de visite avec messages souvent pas plus longs que 140 caractères ? 

Gracq twittait avec amour, et tous les jours.

... Je me sens bien empêché lorsque je dois revenir à l’écriture manuscrite, qui de toute façon n’a jamais été une instance déterminante dans notre histoire littéraire, par rapport à la composition mentale, à l’écrit dicté, à la correction sur placard d’imprimerie etc. – ô la colère de Flaubert contre ceux qui utilisaient la plume d’acier au lieu de la plume d’oie, la littérature allait s’y noyer !
...cette radicalité est de toute façon indifférente de ses supports, voyez Artaud, voyez Char, voyez Harms...

Vous possédez, je crois, un Sony reader. Cela a-t-il changé votre façon d’envisager la lecture ?
...Mais non, on s’en sert strictement comme un livre papier, juste un peu plus pratique parce que plus léger, contenant une partie de la bibliothèque et permettant la prise de notes et la recherche plein texte. J’y ai surtout mes lectures de base, Saint-Simon, ou Proust ou Balzac, ou la lecture loisir, relire un Jules Verne ou un Arsène Lupin.
Je crois que la vraie révolution de la lecture, c’est le déplacement qui s’amorce (même si c’est dans une continuité, qu’on a toujours recopié etc) du lire au lire-écrire (il y a de très belles notes de Duras ou d’Aragon sur cette expression). 
... Globalement, dans une journée, le temps passé à lire n’a pas changé pour moi, de ce que c’était il y a 10 ans ou maintenant – juste que dans la répartition de ce temps, l’ordinateur prend une place de plus en plus essentielle, depuis le journal du soir jusqu’à la correspondance privée ou l’émission de radio, et bien sûr la lecture dense.

L’émergence des "liseuses", est-ce la mort du livre papier ?
Bien sûr. 

De même ...depuis la guitare électrique personne n’a jamais plus joué de violon !
...l’industrie du livre va sans doute évidemment beaucoup se transformer, mais ça concerne peu la création littéraire elle-même, qui n’en est qu’un tout petit gravier.
Par contre, les librairies de ville, en tant que lieu matériel d’une communauté autour des expériences de langue, peuvent garder un vrai rôle.

 Comprenez-vous les résistances de certains face au livre numérique ?
Il faut le leur demander. Contrairement aux sciences, ou bien aux musiciens, la corporation des écrivains semble la plus imputrescible pour ce qui est d’accepter les usages numériques, alors que paradoxalement toute l’industrie du livre, depuis longtemps, est numérique. Reste à savoir si les cétacés qu’on trouve échoués sur les plages ont compris la raison qui les faisait se jeter sur le sable.

A quoi, selon vous, ressemblera le lecteur de demain ? Quelle sera sa façon de lire ?
...  Les exemples abondent : de la fin du CD-ROM à la connexion ADSL, de l’irruption de Google ou à la façon dont les réseaux sociaux l’évincent désormais partiellement, ou ce qui s’amorce avec l’arrivée des tablettes...On avance dans une mutation rapide, avec des effets évidemment chaotiques. Mais toute la réflexion, aussi bien côté sciences, que même dans notre petit domaine de littérature, avec les utopies négatives, ou ce qu’on trouve de géant à lire et relire Rabelais, qui inventait dans l’intérieur d’une mutation de même ampleur, c’est qu’on n’a pas forcément besoin de s’appuyer sur une prédictibilité pour négocier avec responsabilité – et invention – du présent.
... l’écrit n’a jamais concerné qu’un petit tiers des langues répertoriées. La lecture silencieuse est un concept qui a moins de 400 ans. La littérature a son origine dans cette tension d’avec le monde immédiat, qui produit aussi la transe, ou le chant, et où nommer participe sans doute du tout premier effroi. Cette tension, acceptons-la pour le présent : il y a tant à découvrir, inventer.
Raconter bien, disait Koltès : ça me suffit pour l’exercice du présent.

Ah ben ça va mieux en le disant (comment jl bourgeon) - merci, monsieur Bon...

.

mercredi 10 mars 2010

Steve Jobs fan des Doors !

Suite à la première publicité diffusée à l'occasion de la remise des Oscars, dimanche derniers, les enquêteurs de tous poils se sont penchés sur chaque image de ladite publicité pour en déduire des statistiques, des indices aussi farfelus que possible (la poussière en haut de l'écran est-elle révélatrice de la présence d'une webcam ?).

J'apporte mon grain de sel, sachant que rien, dans ce qui touche à l'univers Apple n'est fait au hasard, pour remarquer qu'une des dernières images (subliminale ? il faut revoir la vidéo à maintes reprises pour y trouver sur quelques rares frames la reproduction de l'album des Doors) : 



Alors, Steve va-t-il mettre le feu ? ("Light My Fire" est titre phare de l'album 'The Doors") ??? 

Ou est-ce le début de la "Soft Parade" avec l'arrivée annoncée du "Crystal Ship" ??? We are all "Waiting For The Sun", this is not "The End", just let's go till "The End Of The Night" !!!  

Décidément, "People Are Strange" : "Riders On The Storm"...

Bien sûr, je suis fan de Jim Morisson, aussi (et entre autres musiques de l'époque..)

.

Les sondages de Livres Hebdo

Livres Hebdo est un support professionnel, accessible uniquement sur abonnement (on ne le trouve pas en kiosque).

Sa version internet (nous propose une série de sondages, accessibles en colonne central du site,auxquels il est possible de participer, les votes sont pris en compte, y compris pour les sondages mis en ligne il y a quelques mois).

Voici le résultat, ô combien révélateur... Rappelons qu'il s'agit d'un média professionnel, consulté en majorité par les  du monde de la littérature, de la filière du livre...

Notons que les réactions et quel est selon, les votants, le plus grand danger qui guette la filière. Et si, enfin, la filière s'y mettait pour de bon, l'activité du secteur pourrait sans doute redémarrer (ou éviter de sombrer, c'est selon...)

Soulignons également le "moins menaçant", d'après les 231 votants : 3% citent l'iPad : une manière de considérer que la tablette constitue une alternative digne d'intérêt ???


Un sondage pécédent révélait que justement, dans le clan de ceux qui se sont exprimés sur le sujet, la majorité d'entre-eux ont effectivement choisi l'iPad, le Kindle ne représentant que 15% des suffrages rassemblés autour de l'iPad... Le potentiel semble en faveur de Cupertino !



.

lundi 8 mars 2010

Livre numérique : une technologie à parfaire

Nous parlions hier soir avec Eric Le Ray, l'organisateur de la e-paper world, les 6 et 7 mai prochain à La Villette.
Voir le programme ici (réservée aux professionnels de la filière du livre, une dizaine de tables rondes réunira début mai une série de rencontres sur les problématiques et l'avenir de l'édition électronique).

Et voici un article qui vient corroborer nos échanges sur la nécessité de concevoir des dispositifs de lectures livrels (= livres électroniques) aboutis, parfaitement ergonomiques.

Wired vient à ma rescousse et pointe la faiblesse du Sony Reader Daily Edition dont les touches sollicitent une pression excessive. La dalle résistive et non pas capacitive comme sur l'iPad semble être la cause de ce "désagrément".

Décidément, il est difficile de pénétrer le marché du livre électronique avec des terminaux non aboutis.

Et comme à l'habitude, Apple a conçu un outil qui semble prometteur. A quelques encablures de sa livraison, nous pensons que, comme l'iPhone, l'iPad saura combler nos attentes... et il n'y a -a priori- pour que la dalle de ce dernier ne soit pas de qualité équivalente à celle du smartphone à la pomme croquée...

dimanche 7 mars 2010

Edition numérique : impact du livrel sur le marché de la publication

Très intéressante étude de l'Aptaracorp (USA) sur les perspectives de ventes, les tendances du secteurs, en termes d'implication et de conséquences de l'arrivée du livre numérique.

Non, le livre électronique ne viendra pas se substituer au livre papier (seuls 9% des éditeurs le pensent contre 65% qui imaginent que l'offre viendra en complément).

53% des éditeurs en distribuent déjà ! 
60% ont l'intention de s'y mettre !
38% déclarent intégrer les livrels dans leur stratégie de développement !
36% affirment créer leur propre circuit de distribution (Amazon, Barnes&Noble, Sony et Apple viendront abonder la distribution).

Sont également passés en revue les challenges à relever pour parfaire ce nouvel environnement numérique ainsi que leur préférence du dispositif de lecture préféré (pour le moment, la lecture sur MAC/PC est privilégiée et, pour ceux qui consultent en numérique, en seconde positionse classe l'iPhone).

L'interopérabilité semble être un soucis majeur ainsi que la gestion des DRM (système de protection physique) san sperler bien sûr de l'existence d'une plate-forme de distribution commune... enfin, si chacun développe sa propre plate-forme, il y a effectivement un problème... Ce sont les trois points qui constituent pour l'essentiel les challenges à relever.


Avez-vous l'intention de produire ou de commercialiser des livrels dans un proche futur ? Répartition des réponses ci-dessus...

Toutes sortes de perspectives sont ainsi mises en lumière dans cette étude fort intéressante que je vous invite à découvrir (une compréhension basique de l'Anglais est suffisante pour en comprendre la teneur).On notera cependant que 

Bonne lecture.

Info relayée par Actualitté - Merci tout particulièrement à Nicolas Gary, auteur de cette information.


samedi 6 mars 2010

CeBIT : Apple rafle quatre écompenses

De la belle ouvrage for the rest of us...

CeBIT : Apple rafle quatre récompenses

Gartner : l'iPad un PC (presque) comme les autres

Gartner : l'iPad un PC (presque) comme les autres 

En prime Apple a bondi de 3,93% hier sur le marché américain (Nasdaq)...

Effet iPad garanti... et c'est pas du kisscool, ça !

vendredi 5 mars 2010

iPad dispo fin avril en France...

Selon le quotidien Ouest-France, Apple vient d'annoncer la disponibilité de l'iPad pour le 3 avril aux USA et fin avril pour les 10 autres pays :
"...en Australie, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, au Japon, en Espagne, en Suisse et au Royaume-Uni fin avril".

Sans précision de date ni de prix pour les pays outre Etats-Unis début aveil donc.

jeudi 4 mars 2010

Le P-D. G d'E-ink quitte le navire

Rachetée par PVI (Taiwan), la société E-ink, créée aux USA se voit talonnée sur sa technologie noir et blanc par des acteurs comme Mirasol qui développent la version couleur du procédé.


Son P-D. G et co-fondateur, Russell Wilcox, vient de démissionner.
voir sa bio ici, chez E-ink.

Au bon moment, s'interroge eBouquin???

mardi 16 février 2010

La page est tournée , dernier chapitre pour Serge Eyrolles

Je n'étais pas d'accord avec sa stratégie.
J'ai combattu sur "entre nous soit dit" sa politique. Dans ce post ou encore dans celui-ci.

Le Figaro nous apprend en début de soirée la démission de Serge Eyrolles dont le mandat courrait jusqu'en mi 2011.

J'ose espérer que celle/celui qui siégera à sa place saura dialoguer avec les "technos" du numérique, que ce soit Apple, Amazon ou Google, la France ne pourra restée isolée et doit faire entendre haut et fort sa différence.

Le plus grand chantier sera de prendre à bras le corps les droits d'auteurs. La convention de Berne n'est plus adaptée ; elle devra être revue et corrigée au bénéfice des auteurs !!!

Dialogues, échanges, écoute, proposition, créativité, tous les ingrédients sont là pour, à nouveau porter aux nues la littérature française et au-delà toute une filière qui est restée atone, atomisée...

De l'audace ! De grâce, de l'audace !

dimanche 14 février 2010

Ce en quoi l'iPad se distingue des liseuses et autres tablettes

Gardons-nous de juger l'iPad . Qu'il soit un succès ou pas, le dernier né d'Apple ne pourra être jugé que sur sur pièce, IRL et non pas hypothétiquement juste à la lecture de sa fiche technique.

Car bien souvent, à l'usage on découvre et subissons des surprises... 
De même à ceux qui reprochent à Apple son côté obscur (l'OS est propriétaire), j'élève un argument qui vaut ce qu'il vaut...

Sans maîtrise de sa technologie, Apple ne pourrait perdurer. Protéger ses inventions, quoi de plus légitime ? Sachant qu'Apple amasse un matelas confortable, n'oublions toutefois pas que la quote-part réservée à la RD a une épaisseur conséquente... et sans subsides, impossible de financer les hauts salaires des ingénieurs. C'est la défense même de l'ADN qui serait remise en cause. Même si cela ne va pas dans le sens du don et du partage. On peut le regretter mais ce serait se priver d'une magnifique machine à innover...

L'autre système propriétaire concurrent n'apporte aucune valeur ajoutée (en termes d'innovation). Quant à l'Open Source, le concept idéal... oui mais pas dans l'époque... qui est toujours dans l'urgence et la réactivité... Par ailleurs, l'OpenSource est parfait pour qui est agile de ses neurones, car il n'est pas d'une ergonomie exempte de contraintes techniques et n'apporte pas de solution fluide ni adaptée notamment pour la mise en page, le choix de polices de caractères "labellisées", ...

L'iPad sera donc adossé à une boutique en ligne qui à l'instar de iTunes et de l'AppStore, boostera les ventes via internet, permettra un développement d'une multitude d'applications,  riches et variées.

Quant à la rumeur qui circule depuis 48 heures et qui veut que Steve Jobs ne soit pas un défenseur convaincu des livres, je pense, a contrario que c'est un marché appelé à fortement se développer.

Il est vrai, cependant qu'en France, les négociations ne sont pas à la hauteur de ce que nous en attendons. Sans doute pour la simple raison que les éditeurs sont encore frileux, qu'ils voient d'un mauvais oeil une portion congrue de leur gâteau fondre comme neige au soleil.

Mais les petits éditeurs et les auteurs audacieux, talentueux vont vite saisir l'opportunité qu'il leur est ainsi donnée pour faire leurs ventes en direct... et même sans la validation et le travail incontournable de l'éditeur, ils trouveront rapidement audience et succès.

Cette analyse se confirmera/infirmera dès la fin de l'été où l'on pourra dès lors tirer un premier bilan sur les tendances et usages de l'iPad.

mercredi 10 février 2010

Arash Derambarsh (Cherche-Midi) nous en parle...

Merci, Arash pour ton combat sur les droits d'auteur, trop peu les évoque !
Ambassadeur ou évangéliste, qu'importe ! 14 minutes à visionner d'urgence !
Oui pour les états généraux de la Culture -
Oui pour les petits libraires -
Oui pour ta croisade au Qatar -
Oui, le tsunami arrive -
Oui les éditeurs français sont has been -
Oui, bravo pour ton avant-gardisme -   Soyons créatifs, b...... de m.....
Oui pour la cartable numérique -
Oui pour le téléchargement -
Oui sur le modèle économique : mais à -20% c'est niet, ce sera un flop -
OK pour - 40%, que les pouvoirs publics reconnaissent le livre numérique, assimilé aujourd'hui à du service : ils sont cinglés nos élus !
Bien sûr, Amazon a tout faux -
Renégocions les droits sur le numérique si les es éditeurs acceptent de baisser leur marge...

Bien sûr, on lira sur la plage - merde aux rétros du papier à tout crin, zont rien compris
Ben oui, personne ne demande à changer, on veut les deux, print et octets !!! -
Oui, on lira sur iPad, bien avant 10 ans !!!


dimanche 7 février 2010

Au fait, l'iPad, c'est quoi ?

Outil de convergence* par excellence, l'iPad n'est pas un outil de geek (fondu de techno en jargon branché du net) comme le précise le blog "suivez le geek" du Figaro.
L'iPad, c'est quoi, à quoi sert-il et à qui se destine-t-il ???

1 - POUR LA TECHNIQUE
Tout est concentré chez Apple, là pour les spécificités ou encore ici pour les fonctionnalités (j'aime aller en sens contraire...)




Détails : c'est donc un truc entre un iPhone (smartphone, soit téléphone mobile dit intelligent) qui regroupe d'autres fonctionalités annexes type :
- appareil photo numérique ou APN ;
- lecteur de musique appelé autrefois Walkman chez Sony puis iPod chez Apple ;
- GPS, accessoirement et par extension vu la singularité de l'innovation Jobsienne, permet dans la foulée de charger des goodies supplémentaires du type iCoyotte qui permet d'être avertis par d'autres conducteurs des radars mobiles... ;
- calendrier, prise de notes, de rendez-vous, répertoire, agenda, ... ;
- divers services liés à la fonction téléphone : météo, journaux accessibles et actualisés en permanence via internet par le biais d'une connexion lente (Edge) ou moyennement rapide (3G) ou très rapide (Wifi que l'on trouve en ville, dans les entreprise ou chez soi si l'on dispose d'une "box" pour accéder à internet via ADSL).

A noter : l'iPhone/l'iPad est livré, nativement avec des applications "basiques", Apple autorisant tout un chacun de développer ses propres applications en fournissant un "Software Development Kit" -SDK- qui permet de créer et de commercialiser sur son magasin de vente en ligne, AppStore, les dites applications.
Ce business model, innovant, très en vogue est, en vain, copié par les autres fabricants comme Nokia, Google, ... seule la solution Apple qui diffuse à ce jour près de 150.000 applications (2,5 milliards de téléchargement en à peine deux ans a permis de propulser Apple dans la cour des grands - Apple est devenu tout récemment le 2e fournisseur de smartphone en France...)
Bon, ça suit (si pas clair, m'interpeller).

Donc l'iPad se situe entre un iPhone et un ordinateur portable (appelé laptop en jargon)
Le portable a des vertus intéressantes : mobilité, induisant la mobiquité :-), théorie développée par Francis Pisani et Dominique Piotet, ouvrage téléchargeable ici.


Nous avons donc les principales caractéristiques en termes de mensurations et d'usages décrits et illustrés sur le site d'Apple.

2 - ET QUELS USAGES PEUT-ON FAIRE DE CET HYBRIDE ?

Au-delà des fonctionalités bien connues de l'iPhone, l'iPad permettra en plus , de :
- travailler sur des documents, les créer, les éditer, les mettre en forme, de les transmettre par WiFi ou par e-mail à soi-même sur un autre poste ou à un correspondant ou encore de relier physiquement votre iPad à un ordinateur via un câble spécifique connecteur 30 broches qui s'enfiche sous votre iPad d'une part et qui sera relié ensuite au terminal de votre choix via le connecteur USB à l'autre extrémité !
...mais n'escomptez pas imprimer directement depuis votre iPad, ni même en WiFI, il n'y a pas de fonctionalité prévue pour ça dans la version iPadisée de Pages, Number, Keynote (à 9,99$, soit bon an mal an 7,99 € l'application). Il faudra donc en passer par un terminal tiers.

C'est ici que réside la grosse différence et où se situe l'iPad, c'est-à-dire, mieux qu'un iPhone, moins bien qu'un ordinateur avec un OS (système d'exploitation) adapté.

3 - RECAPITULATIF DES USAGES/LOGICIELS ASSOCIES :
- surfer sur le net : Safari ;
- envoyer/recevoir des e-mails :  Mail (ou Safari pour le web mail, c'est-à-dire une interface de lecture/écriture d'e-mail qui soit ancrée à une application développée sur un butineur ou browser tel Internet Explorer, Safari, Chrome, Firefox, Opéra, ...)
- catalogage de photos : iPhoto (y inclus traitements chromatiques, densité, recadrage, ...)
- vidéo, tout comme avec l'iPhone : possibilité de visionner des films réalisés soi même (prévoir un adaptateur Apple, dédié pour connecter votre camescope/appareil photo à l'iPad ;
- écouter de la musique : iPod/iTunes, même environnement que l'iPhone, acheter des titres sur iTunes ;
- télécharger des applications sur l'AppStore (150.000 disponibles)
- se géolocaliser avec Google Street ou Google View avec Plans
- gérer ses acrtivités professionnelles, privées avec la trilogie Calendrier/Contact/Notes


enfin, la suite  iWork (Pages, mise en pages, Numbers, feuille de Calcul, Keynote, présentation de réunions, mémos) dédié à l'iPad, version light tirant profit du multitouch, possibilité d'agir avec les 10 doigts + bien sûr le clavier virtuel, voire physique, vendu avec un dock dédié pour faciliter la prise de notes dactylographiées.

Voici une synthèse qui, évidemment ne conviendra pas à tous, mais voici l'état des lieux.
Vous savez où me contacter pour en savoir plus...

* Qui regroupe en un seul dispositif plusieurs apareils distincts.

iPad at work : why and why not buy it ?

Chez Mashable, la question est posée en ces termes [contenu in English!].

VOICI DONC QUELQUES RAISONS POUR L'ACHETER...
- surf sur le net ;
- consommation des conte us multimédia.

Et bien que dans le business, l'iPad ne soit pas le coeur de cible, notons n'éanmoins :
- la possibilité d'utiliser iWork (Pages + Numbers + Keynotes, soir Word + Excel + PowerPoint au prix exceptionnel de 7,99 € chaque, ce qui est très peu cher...
1 -  utilisation d'un clavier virtuel élargi ;
2 - utilisation bien plus confortable que sur l'iPhone des 140.000 applis dédiées au smart-phone et opérationnelle sur l'iPad !
- présentation d'arguments commerciaux sur Keynote par l'usage du multitouch ;
le tout avec un terminal compact et sommes toutes d'un prix abordable.
Bref, c'est mieux qu'un notebook ou un netbook (petits PC portable de 7 à 12 pouces de diagonale (9.7 pouces pour l'iPad).

...ET D'AUTRES POUR NE PAS L'ACHETER...
- absence de port USB, nécessité de transférer via bluetooth ou WiFi, quid alors des clefs USB, disques durs externes auto-alimentés ?
- absence du multitâche (bien que je ne vois pas objectivement la raison pour laquelle je ferai tourner en tâche de fond une appli  je n'utilise pas...) qui ralentit considérablement le passage du contenu des fichiers d'une appli à l'autre...

- l'absence de webcam pour entretenir un échange vidéoconférence.

Les inconvénients seront un frein à l'achat ???

samedi 6 février 2010

iPad liseuse #1 : déjà en odeur de sainteté !

Dix jours tout au plus après l'annonce (le 27 janvier) de l'iPad, les grandes manoeuvres sur le front de la littérature font rage...

L'avantage semble, pour l'instant, chez des grands éditeurs, pencher vers... Apple, au détriment d'Amazon. Mais les petits ne sont pas encore prononcés ! Pas de renversement de tendance à prévoir, cependant.

Pour nous le rappeler, deux sources :
 iPad : vers une nouvelle révolution pour Télécâblesat
et
Hachette Livre préfère Apple à Amazon pour l'Expansion.

Et c'est parti ! ...

Auteur #1 : Willian Réjault, épisodes en cascade chez Blüpan



Mis en vedette par Clément (eBouquin), Willian Réjault propose sur un rythme hebdomadaire les épisodes à suivre et enrichis par les interventions des webacteurs.

Titre de son roman de science-fiction prometteur :  Le chemin qui menait vers vous*. 


Téléchargement gratuit sur l'AppStore, pour iPhone/IiPodTouch et bientôt sur iPad !


iGénération s'est fendu d'une interview de l'auteur, à suive ici.


Décidément le Roman d'Arnaud*, oeuvre majeure (!!!) publiée chez Leezam, du trio Gwenn Catatalà, Jean-François Gayrard et Christophe Sanchez (par ordre d'apparition à l'écran) fait des émules !


*Blüpan, éditeur de Réjault
** "Roman le plus innovant dans l'AppStore" - 

Un peu d'actu #1

Bon, voilà, l'illustration de la une relookée, ça c'est fait. Déjà mieux (oui, peut mieux faire...)

D'entrée de jeu, des nouvelles de la planète édition numérique et tout ce qui s'en suit !

1 - UNE PHRASE CLEF CHEZ LORENZO SOCCAVO, dans Redéfinir des vecteurs de lecture : "Le piège serait certainement aujourd’hui de s’enfermer dans une logique d’opposition imprimé vs numérique ou vice versa, ou dans un extrémisme du “tout numérique le plus vite possible”. 

Voilà donc qui pose débat et j'agrée ! 
Oui, tu as raison, Lorenzo de poser les enjeux ainsi. 

Marre de mes copains de chez Livres-alive ; 200 posts plus tard en un an, les "tradis" sont encore accrochés à leurs chimères (sorry, Martin, mais faut en sortir du has been : "... oui mais l'odeur du papier et de l'encre...") ; cet argument usé est quand même un peu réducteur. Comme si la culture se résumait à des branches broyées hyper consommatrices de CO2. Faut quand même un moment l'autre avancer avec une parcelle de réalisme ???
Bon, ça aussi, c'est fait, ça me pèse vraiment cette théorie à 2 sesterces...

Donc, OK, on avance cool vers le numérique, mais on avance ; enfin, les créatifs !

2 - DANS LE MÊME ORDRE D'IDÉES et pour venir illustrer ce que prône Lorenzo (print+numérique), un exemple dans la presse : Le Mensuel.fr où —vaste débat enclenché depuis des années— tous les acteurs se cherchent... sans jamais se retrouver ni trouver la bonne formule qui ferait pschiiiiiittttt ! 

Car depuis Ruppert Murdoch qui une fois se ferme comme une huître pour se raviser et offrir tout le contenu gratos, jusqu'à Philippe Jannet de LeMonde.fr qui s'empoigne via plateau vidéo interposé (je bannis la mot télé trop trash dans mes oreilles) avec l'ami Thierry, à visionner sur le blog du propulseur des propulseurs :-)** (oui, je sais, je n'ai que des amis sur le net !)... tout baigne dans un magma pour le moins flou.

Bref plus personne ne sait où il habite et un coup j'te vois, un coup pas ; bon, faudrait savoir et surtout de arrêter prendre les consomlecteurs pour des moules avec une stratégie issue du (très) vieux monde. Car tenter de nous vendre un dossier (soit au plus une double page) pour un-euro-en-un-clic : bon, ça va ! Hey, les gars du Bd des Italiens*, faut atterrir !

3 - ENFIN [POUR LE MOMENT, non, ça va pas s'arrêter comme ça...], un article toujours à propos du numérique (de quoi parler d'autre ici ?) pioché sur l'Atelier, la filiale du BNP en Californie, animée par Dominique Piotet, co-éditeur avec Francis Pisani de l'incontournable "alchimie des multitudes", donc un article sur le futur des magazines sur l'iPad...


4 - ET TIENS, CERISE SUR LE GÂTEAU pour cette entrée de week-end, fruit du défrichage et encore merci à Christine Genin de nous avoir alerté : voici the SixthSense by Pranav Mistry  au TED de novembre 09 : totalement héberluant (ça se dit ?).

Ce Pranav, comme le souligne Chris Anderson (lire son livre Free !)à la fin du TED en question,  : "est l'un des meilleurs inventeurs du moment" - dont acte ! on va pas te contredire...

-------------
* siège historique du quotidien Le Monde à Paris
** lire son dernier post révolutionnaire (Thiery, à part causer le révolutionnaire, y fait quoi ? :-) - OK , Thierry, on est en retard ??? !!! Et à propos de ??? !!!, lire l'excellent article de Rue89 déniché par Christine Genin sur l'interrobang ; vous connaissiez ?? (t'as vu, Christine, j'ai usé un ";") :-)